Accéder directement au contenu

Entrevue avec Bob Ludwig

Périple avec l'ingénieur en matriçage gagnant d'un GrammyMD

Qu'est-ce que Led Zeppelin, Radiohead et Mariah Carey ont en commun? Ils sont tous des artistes qui ont choisi Bob Ludwig pour le matriçage de leur musique.

Avant de faire carrière au sein du célèbre Gateway Mastering Studio, Bob Ludwig était premier trompettiste pour le Utica Symphony et Benny Goodman était son inspiration. Il a écouté de nombreuses fois l'album Benny Goodman at Carnegie Hall, tellement qu'il en a usé plusieurs copies. Il n'a toutefois jamais perdu la passion pour la création musicale avec les plus grands artistes de notre époque. Lisez la suite pour tout savoir.

Q : Comment êtes-vous devenu ingénieur en matriçage?

Bob Ludwig : J'étais au Eastman School of Music de l'University of Rochester et je me suis retrouvé au département d'enregistrement dès que cela était possible. Pendant mon passage, l'établissement a accueilli son premier atelier d'enregistrement et a engagé Phil Ramone de A&R Recording pour la formation. Je suis devenu l'assistant de Phil. Il m'a ensuite demandé si je voulais travailler avec lui. À ce moment, j'étais le premier trompettiste au Utica Symphony, et puisque j'avais déjà atteint mon objectif de trompettiste en jouant la Messe en si mineur de J.S. Bach, j'ai accepté de déménager à New York.

Q : Quelles ont été les difficultés de la création du Gateway Mastering Studio?

Bob Ludwig : Lancer une entreprise à partir de zéro présente des risques, en particulier lorsque l'entreprise nécessite beaucoup de capitaux, comme c'était le cas pour un studio de matriçage en 1992. Il fallait se doter d'équipement numérique dispendieux, réaliser les travaux de conception et de construction et disposer d'un excellent plan d'affaires, ce que mon cofondateur, Dan Crewe, m'a aidé à faire.

J'avais six prêts différents, j'empruntais de l'argent de mes amis au Japon et je travaillais sept jours sur sept pendant les premières années, seulement pour la survie du studio. Heureusement, je n'ai jamais eu à faire de la publicité, ne serait-ce qu'une seule fois, car le bouche-à-oreille m'a permis d'avoir un flux constant de clients, et ce, depuis plus de 22 ans!

Q : Qui sont vos artistes favoris avec lesquels vous travaillez?

Ludwig : La liste est très longue, mais voici certains de mes préférés : Beck, Bruce Springsteen, Lou Reed, Madonna, Radiohead, Led Zeppelin, Jimi Hendrix, The Rolling Stones, The Who, Rush, The Police, Eagles, Mumford & Sons, Journey, Def Leppard, Brian Wilson, Neil Young, Hall & Oates, Foo Fighters, Mariah Carey, Queen, Elton John, U2, Pearl Jam, Tony Bennett, K.D. Lang, AC/DC. J'oublie certainement d'autres noms qui sont également mes favoris!

Q : Si vous pouviez vous entretenir avec un musicien, n'importe lequel, qui choisiriez-vous?

Bob Ludwig : Ça serait J.S. Bach, un compositeur hors pair.

Q : À quel moment l'audio haute résolution a-t-elle commencé à connaître du succès?

Bob Ludwig : Gateway Mastering a été le premier studio à offrir des DVD-V à ses clients, en 1997. J'avais décidé de faire le saut, car les DVD-V étaient le premier format numérique prenant en charge la lecture PCM 96 kHz/24 bits.

En 1999, Sony et Philips ont introduit le format SACD (Super Audio-CD), qui a rapidement été adopté par les audiophiles grâce à la sortie du lecteur SACD de Sony. J'ai eu le privilège de faire le rematriçage des classiques des Rolling Stones, géré par ABKCO sur SACD hybride.

Q : Pourquoi l'audio haute résolution est-elle mieux qu'un CD?

Bob Ludwig : L'audio haute résolution est supérieure aux CD, car le format permet de mieux capter, et de manière précise, la sortie d'enregistrement des microphones, des instruments et des artistes. Pendant le mixage, le débit binaire et les taux d'échantillonnage élevés peuvent être calculés sans les contraintes des filtres passe-bas et des arrondissements mathématiques. Enfin, la sortie finale de mixage est mieux captée, et le client peut mieux entendre la musique, comme imaginée par l'artiste, le directeur et l'ingénieur.

Q : Que nous réserve l'avenir de l'audio haute résolution?

Bob Ludwig : Au fur et à mesure de la montée en popularité des serveurs et des systèmes de lecture de musique en haute résolution et de la baisse des prix, de plus en plus de consommateurs pourront écouter leur musique dans une résolution s'approchant de la vision originale de l'artiste. Je pense que c'est une très bonne chose.

Articles Nouveautés musicales

Musique vivante : tendances et nouvelles pour mélomanes et audiophiles.